Moyen Orient & Afrique du Nord

Egypte : Un an de détention arbitraire pour le Dr Mohamed Abdelhamid Kharaba

AFD International et Alkarama Foundation ont conjointement introduit une communication auprès du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, lui demandant d’émettre un avis quant au caractère arbitraire de l’arrestation et de la détention du Dr Mohamed Abdelhamid Kharaba.

En effet, cela fait un an ce 24 novembre 2014 que le Dr Mohamed Abdelhamid Kharaba a été arrêté par les forces de l’ordre, suite à une dénonciation du doyen de l’université dans laquelle l’accusé travaille en tant que professeur-assistant enseignant la chimie – physique.

On lui a reproché pas moins de 15 chefs d’inculpations dont les suivants : « meurtres lors des évènements de la place Rabaa du 14 aout 2013 » et lors des « évènements de Ramsès du 16 aout 2013 », d’avoir « dévalisé une banque »,« brulé une église », « incité à la violence et au chaos », « cherché à déstabiliser l’Etat de droit »,d’appartenir à « un groupe interdit » (les Frères Musulmans) et d’en être l’un des dirigeants. Chefs d’inculpations qui changent régulièrement et qui ne sont pas à ce jour démontrés. Pour sa part, Il dément catégoriquement ces accusations et affirme faire partie du parti libéral « Al Wafd ».

Il est à souligner que depuis la violente prise du pouvoir par l’armée, les doyens sont utilisés par les autorités pour légitimer la répression des mouvements syndicaux et/ou des unions d’étudiants sous prétexte d’assurer l’ordre dans l’enceinte des campus universitaires. Dans le cas de Mohamed Abdelhamid c’est son courage de dénoncer la corruption dans l’université où il enseigne qui apparemment fait de lui une victime d’un système où la corruption est souvent la règle.

AFD International appelle les autorités égyptienne à libérer monsieur Mohamed Abdelhamid Kharaba ou à lui garantir dans les plus brefs délais un procès qui respecte les règles du procès équitable.

AFD International
Département MENA
Bruxelles

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer