Moyen Orient & Afrique du Nord

Egypte: Plainte avec constitution de partie civile contre le Premier ministre égyptien

AFD INTERNATIONAL a, ce jour, déposé au tribunal de première instance de Paris (France) une plainte avec constitution de partie civile pour crimes de torture et de barbarie (Code Pénal, art. 222-1 ; Code de procédure pénale, art. 85 ; 689-1 et 689-2) à l’encontre du Premier ministre égyptien, Ibrahim MAHLAB.

Le Premier ministre égyptien, Ibrahim MAHLAB est en séjour en France pour rencontrer les autorités publiques françaises et la plainte est donc recevable vu le régime de compétence universelle, applicable pour les faits de torture et d’actes de barbarie.

M. Ibrahim MAHLAB était l’un des cadres du PND, le parti dominant au temps du pouvoir de M. Hosni MOUBARAK.

Il a été nommé ministre dès le coup d’Etat du 3 juillet 2013, au portefeuille du logement. Se montrant le plus disponible pour assumer la sanglante répression, M. Ibrahim MAHLAB a été nommé Premier ministre le 25 Février 2014 dans le gouvernement provisoire, dirigé par M. Abdel Fattah AL-SISSI.

Le 8 juin 2014, M AL-SISSI a été élu président de la République et a aussitôt renouvelé sa confiance à Ibrahim MAHLAB, l’axe de son action étant la répression.

Le 9 juin 2014, le journal Le Monde a ainsi analysé la situation:

« Les clés du gouvernement reviennent donc à celui qui, depuis un an, a organisé une terrible répression contre les Frères musulmans. Depuis la destitution de son chef Mohamed Morsi, en juillet 2013, la confrérie a été déclarée « organisation terroriste » et interdite. Plus de quatorze cents pro-Morsi ont trouvé la mort au cours de manifestations antigouvernementales, et quinze mille ont été emprisonnés. Des centaines de membres de la confrérie ont été condamnés à mort dans des procès de masse. Tous les leaders sont également sous les verrous et encourent la peine capitale ».

Il est acquis des témoignages des victimes, des rapports de l’ONU et des ONG, et du travail de la presse que le gouvernement dirigé par Monsieur Ibrahim MAHLAB recourt de manière systématique à la torture, ce qui est un crime en toute circonstances.

Les faits de torture ont pour cadre l’appareil étatique officiel, sous la direction effective du premier ministre. Vu le caractère systématique des faits, on ne peut attribuer la responsabilité de ses agissements à des initiatives personnelles d’un ou plusieurs individus, détachés de toute chaîne de commandement. Il s’agit bien d’une politique d’Etat.

La fin du recours à la torture devrait être ordonnée par le Premier ministre, vu les dénonciations internationales. Mais en réalité, Monsieur Ibrahim MAHLAB fait le choix de maintenir de recours systématique à la torture.

C’est la raison pour laquelle AFD International a déposé cette plainte avec constitution de partie civile.

AFD International
Département MENA
Bruxelles

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer