Afrique

Cameroun : AFD International suit de près l’affaire Paul Eric Kingué et rappelle son droit pour un procès équitable

Pour rappel, AFD International a pris position en renforçant la défense en justice de Paul Eric Kingué, emprisonné au Cameroun depuis février 2008. Alors maire de la commune de Njombé-Penja, monsieur Kinguè avait obtenu du Ministère des Finances, en toute légalité, que les bananeraies implantées sur le territoire de sa commune doivent s’acquitter de l’impôt dont elles étaient exonérées depuis toujours de façon injustifiée, ce qui avait provoqué leur courroux ainsi que ceux qui profitaient frauduleusement de cette situation. Tout laisse à penser qu’il s’agit là du motif réel de son incarcération et que les accusations de délits de droit commun lancées à son encontre pour justifier sa mise à l’écart furent inventées de toute pièce par ses adversaires. Notons au passage qu’à ce jour les multinationales agro-alimentaires en question n’ont toujours pas payé l’impôt à la commune de Njombé-Penja.

Trois accusations ont été lancées contre lui, pour lesquelles il a été lourdement condamné en première instance au terme de trois procès largement entachés d’irrégularités : incitation à la violence lors des événements sanglants de février 2008 au Cameroun (6 ans de prison), détournement d’argent public lors de sa prise de fonction de maire (10 ans de prison), et pour l’installation de l’eau à la mairie de Penja (prison à perpétuité).

En appel, la condamnation à 6 ans a été ramenée à 3 ans, il a été acquitté dans le deuxième procès, et la peine de prison à vie a été ramenée à 10 ans dans le troisième procès.

Comme ces condamnations ont été rendues au total mépris des lois, Paul Eric Kinguè a introduit un dernier recours auprès de la Cour Suprême qui statuera très prochainement.

On se souvient que, mandatés par AFD International, cinq avocats internationaux avaient renforcé la défense de monsieur Kinguè lors de son deuxième procès en appel et obtenu son acquittement. Soucieux du suivi de cette affaire, et déterminés à obtenir pour monsieur Kinguè le jugement équitable auquel il a droit comme tout citoyen d’un État de droit, Maîtres Tefengang (Bruxelles) et Maître Wabo Mabou (Luxembourg) se constitueront auprès de Maître Manfo (Cameroun) pour assurer sa défense face à la Cour Suprême. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit du dernier recours possible dont la décision sera irrévocable.

Bruxelles, le 09/09/2013

épartement Afrique Subsaharienne
AFD International- HQ-Office
Rue Stevin 95
1000 Bruxelles, Belgique

Contact: africa@afdinternational.org

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer