Europe & Asie Centrale

Pologne : AFD International dénonce la demande faite par la Pologne de construire des barrières à sa frontière avec la Biélorussie.

Le vendredi 29 octobre, le Parlement polonais a validé le projet de construction d’un mur entre la Pologne et la Biélorussie dont le coût s’élève à plus de 350 millions d’euros. Ce mur devrait longer la frontière sur plus de 100 kilomètres.

L’objectif poursuivi par la Pologne est de repousser les milliers de migrants dont la majorité sont originaires du Moyen-Orient. Selon l’UE, le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, se servait des migrants pour “attaquer” l’UE suite aux sanctions économiques infligées par l’UE.

La Pologne avait demandé avec onze autres Etats de l’UE un soutien financier pour la construction de “barrières” à leurs frontières, la commission européenne a refusé d’accorder ces aides financières.

L’obligation et le droit d’un Etat de défendre et garantir ses frontières comme la sécurité de ses ressortissants est incontestable, il est d’ailleurs prévu et encadré par les normes internationales

Il est important de rappeler que la Pologne a signé et ratifié la Convention de Genève, ce traité international a défini des règles claires en matière de protection des réfugiés. Tous les Etats signataires se sont engagés à offrir une protection aux réfugiés demandant l’asile.

En plus des normes internationales, il y a un arsenal juridique européen qui contraint les Etats membres de l’Union Européenne à offrir une protection aux réfugiés qui le demandent comme l’article 18 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne. Les États membres de l’Union ont convenu d’une politique commune en matière d’asile, y compris en ce qui concerne la protection subsidiaire ou temporaire.

Or, ce qui se passe aujourd’hui avec la Pologne est que celle-ci  fuit, selon nous, ses responsabilités et ses obligations en construisant ce mur. L’autre problème est que les journalistes et les associations caritatives ne peuvent plus s’approcher de la frontière après que la Pologne ait imposé l’état d’urgence dans la zone frontalière, elle a dépêché des milliers de soldats et elle a légalisé la pratique controversée du refoulement direct.

La situation au niveau de la frontière entre la Pologne et la Biélorussie est plus que préoccupante, huit réfugiés sont morts ces derniers jours. C’est pour cette raison que nous dénonçons ce projet de construction. Nous appelons les autorités polonaises et biélorusses à respecter leurs engagements et à fournir l’asile aux personnes qui le demandent à leurs frontières en respect avec les traités internationaux.

 

AFD international
Département Europe
Bruxelles

Tags

Articles similaires

Fermer
Fermer