Colombie : Disparition forcée - Appel à la libération de Miguel Angel Pabon Pabon

miguel-angel-pabon-pabon

L'écologiste Miguel Angel Pabon Pabon, victime de disparition forcée, a été vu pour la dernière fois au cours de la soirée du mercredi 31 Octobre 2012 lors d’une réunion dans la ville de San Vicente Chucurí à Santander.

Miguel Angel Pabon Pabon, âgé de 36 ans et père de deux filles, arriva en 2007 à la ville de Betulia, près des travaux de construction de la centrale hydroélectrique où sa lutte a commencé avec la communauté locale pour défendre le droit au logement des personnes déplacées de la région de Magdalena Medio et dénoncer l’ensemble des violations, d’ordre social, culturel et environnemental, qui ont atteints cette communauté par l'entreprise responsable du projet ISAGEN. En 2008, avec d'autres dirigeants de la région, Miguel Angel Pabon Pabon a formé le Mouvement social pour la défense de Rio-Sogamoso, qui a contribué à sensibiliser les communautés sur les conséquences désastreuses de l'hydroélectricité, en participant à des marches contre la société ISAGEN, et en dénonçant les affectations des communautés des agriculteurs et des pêcheurs, et les conditions de travail épouvantables des ouvriers du bâtiment qui travaillent dans ces chantiers.

D’après Mr. Mauricio Mesa (activiste écologiste et compagnon de Mr Miguel Angel Pabon Pabon)[1], trois paramilitaires sont arrivés, le dimanche soir 18 novembre 2012, auprès de la communauté de Las Acacias, dans le département colombien de Santander, et ils ont menacé violemment la population locale, tout en annonçant que le militant écologiste Miguel Ange Pabon Pabon est décédé. Cette menace est arrivée après que la famille et les amis de l'activiste ont effectué des grandes recherches et menéplusieurs actions pour s’assurer que Mr. Miguel Ange Pabon Pabon est toujours en vie. A ce titre, nous rappelons que les paramilitaires sont des groupes armés illégaux, d'extrême droite, organisés à partir des années soixante-dix pour lutter contre les groupes de gauche armés (guérillas en Colombie), et qui comptent plus de 6000 combattants d’après l’institut Colombien d’Etude de Développement.

Selon l'ONU, il y a eu plus de 55.000 cas de personnes disparues en Colombie, tandis que les militants locaux assurent que les chiffres sont beaucoup plus élevés.

AFD International exprime son inquiétude face à la disparition du militant écologiste Miguel Ange Pabon Pabon et appelle les autorités colombiennes à activer les mécanismes nécessaires afin de protéger sa vie.

AFD International appelle l’ensemble des acteurs locaux de la société civile à déployer tous les moyens disponibles afin de retrouver Miguel Ange Pabon Pabon ainsi que l’ensemble des autres disparus.

AFD International interpelle l’ensemble de la communauté internationale, en particulier l’Union Européenne et les Nations Unies afin qu’ils s’engagent plus efficacement pour mettre un terme à cette situation de disparition forcée.

AFD International déclare qu’elle continuera à suivre de près la situation de Mr. Miguel Ange Pabon Pabon.

[1] Lien

AFD International
Département Amériques
Barcelone, Espagne