Moyen Orient & Afrique du Nord

Koweït : L’extradition de détenus égyptiens constitue une violation de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

L’État du Koweït a procédé ce dimanche 14 juillet 2019 à l’extradition de huit détenus égyptiens. Un jour avant, le ministère de l’Intérieur avait annoncé leur arrestation sous le motif « d’appartenir à une cellule terroriste liée aux Frères Musulmans » et en indiquant qu’ils étaient recherchés par la justice égyptienne.

Cette extradition constitue une violation claire de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dans laquelle il est stipulé à l’article 3 §1 que : « Aucun État partie n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre État où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture ».

De ce fait, l’État koweïtien, devra assumer la pleine responsabilité du sort réservé à ces personnes extradées et à leur sécurité, en sachant que l’Égypte est poursuivie pour des faits de torture et des traitements cruels et inhumains à l’encontre de plusieurs détenus.

Pour cela, Nous appelons les autorités koweïtiennes à intervenir immédiatement afin de prendre toutes les garanties suffisantes pour que ces détenus ne soient pas torturés et qu’ils fassent l’objet d’un procès équitable.
Enfin, nous déclarons que nous solliciterons d’urgence le Sous-comité des Nations-Unies pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que la mise en place d’autres procédures judiciaires.

Département MENA
AFD International
13 Juillet 2019

Articles similaires

Fermer
Fermer