Solidarity

22 Mars – Journée mondiale de l’Eau « Ne laissez personne de côté »

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau célébrée Vendredi 22 Mars, AFD Solidarity se joint solidairement à cette commémoration instituée tous les ans à cette même date par les Nations Unies depuis 1993.

Cette année, cette journée sera célébrée sous le thème : » Ne laissez personne de côté » qui est une des promesses faisant partie de l’objectif 6 (Eau propre et assainissement) parmi les 17 objectifs de développement durable de l’ONU fixé à l’horizon 2030.

Cet objectif vise à assurer l’accès à tous pour une eau de qualité ainsi qu’une gestion durable de l’eau ce qui signifie « qu’il ne faut laisser personne de côté ».

Cette commémoration doit nous rappeler que les ressources en Eau de notre planète sont d’abord un droit humain qui doivent être accessible à tout un chacun peu importe le lieu où il se trouve.

En 2010, les Nations Unies ont reconnu que « le droit à l’eau potable et à l’assainissement est un droit de l’homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l’exercice de tous les droits de l’homme ».

Autrement dit que chaque personne sur le globe peu importe son origine, sans discrimination, a le droit à un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau potable et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques, qu’il s’agisse de boisson, d’assainissement individuel, de lavage de linge, de préparation des aliments ou d’hygiène personnelle et domestique ([i]).

On estime qu’un emploi sur quatre dans le monde dépendent de l’eau et à son accessibilité, une eau de qualité favorise l’emploi dans des secteurs comme l’agriculture en assurant la sécurité alimentaire, et toutes les industries manufacturières ou de certains services publics par exemple comme la production hydro-électrique.

Dernièrement, les Nations Unies([ii]) ont publié un rapport éloquent sur la problématique de l’eau, sa potabilité et à son accès en comparant différents endroits du globe ; mais également sous plusieurs dimensions géopolitiques, économique et sociale.

On estime qu’environ 4 milliards de personnes, soit près des deux tiers de la population mondiale, font face à une grave pénurie d’eau au moins un mois par an tout continent confondu ([iii]).

Si les pays industrialisés s’en sortent mieux, il n’en va pas de même pour les pays en voie de développement. Et même dans les pays dits développés il subsiste des disparités et des inégalités qui sont souvent liées aux différences socioculturelles, aux facteurs socio-économiques et au contexte géographique. L’Europe de l’Est et les zones rurales en Amérique du Nord sont particulièrement touchés par exemple cite le rapport.

La croissance démographique mondialeet les changements climatiques ne font qu’accentuer ses disparités en creusant de plus en plus les inégalités surtout au sein des populations les plus fragilisés.

De nos jours, 2,1 milliards de personnes dans le monde vivent sans eau potable près de chez elles, faisant des dizaines de kilomètres par jour et passant un nombre incalculable d’heures juste pour le transport en faisant une queue interminable, et dans bien des cas, l’accès à cette eau se fait dans des conditions d’hygiènes et sanitaires exécrable, vecteur de bon nombre de maladies dangereuses et causant de graves dégâts dans l’organisme comme le choléra par exemple. ([iv])

D’autres chiffres selon ce rapport, nous montre qu’une école sur quatre dans le monde ne dispose pas d’eau potable, soit que les enfants ne boivent pas ou s’abreuvent dans des sources non protégées !

Toujours selon ce même rapport, les inégalités en matière d’accès à l’eau sont intolérables. C’est ainsi que les personnes les plus fortunés dans le monde ont en général accès à une eau potable de qualité dans des conditions d’hygiène de haut niveau et à des prix très bas, alors que les personnes les plus défavorisés pour une qualité identique et même inférieure y ont accès à un coût plus élevé.

Le rapport 2019 des Nations Unies sur la mise en valeur de l’eau estime que 80% des eaux usées dans le monde, municipales et industrielles sont libérées dans l’environnement sans traitement appropriés causant ainsi la pollution des nappes phréatiques et la propagation des maladies tels que le choléra et la schistosomiase par exemple (larves de vers parasite présent dans les eaux douces causant de graves dégâts dans la vessie, les reins, les intestins et les vaisseaux sanguins).

AFD Solidarity ne peut que se joindre aux recommandations faites dans ce rapport des Nations Unies :

  • Améliorer la gestion des ressources en eau ainsi que l’accès aux services d’approvisionnement et d’assainissement à un coût abordable est indispensable si l’on veut réduire les diverses inégalités sociales et économiques, afin que personne ne soit laissé pour compte sur la voie du développement durable.

 Enfin, AFD Solidarity recommande que cette journée soit l’occasion d’en parler, de sensibiliser, d’éduquer la jeune génération et que chacun puisse utiliser l’eau de tous les jours avec parcimonie, de façon responsable, durable est un devoir de chacun d’entre nous.

 

AFD Solidarity

22 Mars 2019

[i]www.un.org/fr/events/waterday/

[ii]www.unesco.org/water/wwap

[iii]www.unesco.org/water/wwap

[iv]www.unesco.org/water/wwap

 

Close
Close